Deux ados prostituées dénoncent leur proxénète, fournisseur de drogue à Rayong

A Rayong, une femme soupçonnée d’exploiter un petit réseau de prostitution et de distribution de drogue s’est rendue à la police .

L’affaire a éclaté le 4 décembre, à la suite des allégations de deux victimes adolescentes qui s’étaient adressées à une page Facebook locale, Zoom Rayong, affirmant qu’elles avaient été retenues captives et exploitées dans une maison close de la ville.

Les victimes, âgées de 16 et 14 ans, ont réussi à échapper à leurs gardiens – proxénètes et ont porté plainte au poste de police de Phe le 28 novembre. Cependant, comme l’affaire n’avançait pas, elles ont sollicité l’attention du public et l’assistance juridique de l’avocat Paisarn Ruangrit via les réseaux sociaux.

Comme en France, la police thaïlandaise n’agit pas au moment du dépôt de plainte des femmes, il faut l’intervention d’une ONG pour que la machine se mette en branle.

Euay, la victime âgée de 16 ans, a révélé les détails de leur calvaire. Elle a avoué se prostituer avant de rencontrer les accusés, un couple marié qui dirigeait la maison close. Euay et son amie, ainsi que trois autres adolescentes, ont été forcées de se prostituer et de toucher à la drogue par ce couple.

Selon Euay, toutes les adolescentes étaient contraintes de prendre et de distribuer de la drogue, en plus de se prostituer. Les victimes étaient obligées de coucher avec plusieurs clients par jour, ne recevant qu’une fraction du montant de la passe. Étonnamment ou pas, Euay a affirmé que certains des clients du bordel étaient des policiers.

De l’ecstasy a été découverte dans le sang de la mère maquerelle, selon le colonel de police Preepahwat Chaiphetyothi, surintendant du commissariat de Phe. Par conséquent, elle a été accusée de trafic, de proxénétisme de mineures et de consommation de drogue.

La police a demandé sa détention provisoire au tribunal provincial de Rayong. Cependant, Pol. Le colonel Preepahwat a déclaré qu’il n’existe actuellement aucune preuve étayant les affirmations d’Euay selon lesquelles des policiers seraient impliqués.

« L’adolescente a avoué qu’elle se prostituait avant de travailler pour les accusés, qui sont mari et femme. Les proxénètes l’ont « invitée » à habiter chez eux, où trois autres adolescentes travaillaient déjà comme prostituées.

Le policier ajoute : « L’adolescente a également déclaré que les proxénètes obligeaient chacune à coucher avec plusieurs clients par jour. Ils payaient 1300 bahts mais les filles ne recevaient que 300 à 400 bahts par client.


Publié

dans

par

Étiquettes :