Orgie d’homicides mais le plus grave c’est la mort d’une professeure en pleine rue à Bangkok

La police progresse dans ses efforts pour identifier le tireur qui a tué une enseignante innocente, après avoir ouvert le feu sur un brillant étudiant de première année dans une école de technologie samedi matin.

Le colonel Pol Withawat Chinkham, de la police métropolitaine, a déclaré dimanche que les détectives avaient « un peu » progressé dans leur tentative d’identifier le tireur qui a attaqué un étudiant de première année à l’Université de technologie Rajamangala Tawan-Ok, campus d’Uthenthawai.

Le tireur portant chemise à manches longues et casque intégral, a-t-il déclaré, est arrivé comme passager d’une moto.

L’étudiant de première année identifié comme Thanasorn Hongsawat, 19 ans a été grièvement blessé et admis à l’hôpital King Chulalongkorn Memorial.

Le colonel Withawat a déclaré que des détectives de la police métropolitaine et de Thung Mahamek avaient été mobilisés pour l’enquête. Ils ont retracé la fuite du tireur et espèrent l’identifier « dans un avenir proche », selon Withawat.

La police se concentre pour l’instant sur la rivalité entre les différentes écoles techniques, a-t-il déclaré mais n’exclura pas d’autres pistes.

L’étudiant décédé n’était pas personnellement impliqué dans le conflit des écoles car il était étudiant en première année, a déclaré le commandant.

Lors de la fusillade, le premier coup de feu a manqué le garçon mais a touché la tête d’une enseignante qui utilisait un ATM de la TMB sur Sunthornkosa Road.

Sirada Sinprasert, l’enseignante d’informatique de 45 ans travaillait à l’école voisine du Sacred Heart. Sa famille organise des rites funéraires dans sa province natale de Suphan Buri.

La direction de l’école et le gouvernement ont exprimé leur plus profonde tristesse face à la perte d’une professeure.

La mère de l’étudiant grièvement blessé, Pornpimol, est venue de Samut Sakhorn pour voir son fils. Elle a déclaré qu’il était dans un état critique et qu’il était sur le point de subir sa troisième opération, car une blessure au cou saignait continuellement et il avait toujours une balle dans sa jambe.

Elle a déclaré que le fils était son aîné et qu’il s’était inscrit sur le campus en raison de ses excellents résultats scolaires.

Avant l’incident, selon la mère, son fils lui avait dit qu’il n’aurait pas de cours sur le campus samedi mais qu’il construirait des décorations pour une cérémonie de remise des diplômes.

Le fils n’avait aucun conflit et étudiait dur, a-t-elle dit. La famille avait placé de grands espoirs en lui.

Elle a déclaré qu’elle ne savait pas quand prendrait fin la violence de longue date contre les étudiants en technologie et qu’elle priait pour le rétablissement miraculeux de son fils. Aucun gouvernement ne s’est jamais attaqué à ce fléau.

Bien sûr, contrairement aux Tchétchènes qui en France ciblent des professeurs, cette dame est une victime collatérale mais elle est victime de la même bêtise et violence des mâles.


Un adolescent de 15 ans a été tué lors d’un affrontement avec un gang rival à 2 heures du matin ce lundi dans le district de Suan Luang, à Bangkok.

Il a reçu une balle sous un sourcil.

Un membre du même gang que la victime, âgé de 16 ans, a déclaré que les deux gangs étaient ennemis depuis un certain temps, mais que son gang n’avait que des couteaux tandis que le gang rival avait des armes à feu et des grenades artisanales. En général, les gangs ne savent pas pourquoi ils se battent.


Dans le village de Phathai, Tha Uthen, Nakhon Phanom , un homme de 48 ans a été mortellement poignardé à plusieurs reprises par un homme de 56 ans de la province de Loei . Le meurtre a eu lieu samedi à 17h30 dans la rue à proximité du domicile de l’agresseur.

Le lieutenant colonel Saewang Khonklong, de la police de Tha Uthen, a révélé que le suspect, San, a poignardé à mort la victime, Ratchan avant de prendre la fuite.

La police de Tha Uthen et la police provinciale de Nakhon Phanom ont arrêté San chez lui à seulement 50 mètres de la maison de la victime. L’arrestation a été facilitée par les autorités locales.

Ratchan, le défunt, avait souvent des différends avec San et l’insultait régulièrement parce qu’il venait d’une autre province. Une énième dispute sans réelle raison a mené à l’homicide à coups de couteau.

L’épouse de San, qui prenait une douche à ce moment-là, a entendu le bruit et a prévenu les autorités. La police a retrouvé le couteau utilisé lors de l’attaque au domicile du suspect. San a reconnu avoir commis le crime.


Un homme a tué dans une maison du district de Photharam, province de Ratchaburi, dimanche vers 3h30 du matin.

Supamongkon, 56 ans, a été retrouvé mort dans l’une des chambres de la maison où s’est déroulé le drame. Il était défiguré par l’attaque à la hache, retrouvée près de son corps.

Pennapa, 25 ans, qui résidait dans cette maison, a révélé qu’elle était mariée à l’agresseur, Surasak, 35 ans. Le couple avait deux enfants. Surasak était un toxicomane, violent et déjà condamné à deux reprises. Incapable de supporter son comportement abusif, Pennapa avait déménagé avec leurs enfants chez sa grand-mère où le drame s’est produit, a rapporté KhaoSod.

Supamongkon, qui connaissait Pennapa depuis un certain temps avait apporté des bières chez la grand-mère où, avec un autre ami, tout le monde buvait tranquillement.

Alors que la nuit avançait, l’ami est parti, laissant Supamongkon et Pennapa seuls. Soudain, Surasak est arrivé sur sa moto. En voyant Supamongkon, il se mit en colère. Surasak a traîné Pannapa dehors, la blessant à la main et au front. Surasak s’en est pris ensuite à Supamongkon avec la hache.

La police est désormais à la recherche de Surasak.

L’ado mort à Bangkok


Publié

dans

par

Étiquettes :